Christian Defaye

Christian Defaye est un journaliste français né le 6 août 1934 à Villefranche sur Saône, mort le 23 juillet 1997 à Geneve. Il a été l’animateur,durant plus de 20 ans de l’émission hebdomadaire SPecial Cinema puis de Tout va bien – sur la RTSR anciennement TSR avant de disparaître emporté par la maladie à son domicile genevois le 27 juillet 1997.

Biographie

Enfance et formation

Fils de Fernand Large et Francine Defaye tous deux originaires de Villefranche sur Saône Christian Defaye fait ses études au lyceeClaude Bernard à Villefranche sur Saône. Enfant il vivra sa jeunesse à Lyon ou sa mère s’installera des 1939. Il y restera jusqu’à son baccalauréat En 1953 il monte à Paris pour passer sa licence de Science-Politiqueg Il sera remarqué en même temps que Philippe Labro et Pierre bouteiller lors d ‘un concours lancé par Europe 1 Il a 22 ans en 1956 quand Maurice Siegel le recrute pour tenir la rubrique météo d’Europe 1.il deviendra monsieur météo d’Europe 1. Des le debut il prend le nom de sa mère DEFAYE.

Marié une premiere fois à une jeune vaudoise Heidi Stauffer à Pully il divorcera 2 ans plus tard. En 1972 il rencontrera la présentatrice Claudette dans les studios de la télévision Claudettte qui deviendra sa femme. A la ville, comme à l’écran, ce fut un couple uni, qui partagea une passion commune pour l’art télévisuel. C’est l’un des rares couples télévisuels suisses, qui aura partagé une aussi longue carrière.

Son cercle d’amis se développa en y intégrant de nombreuses personnalités du cinéma. A l’instar de ce jeune acteur un jeune acteur alors inconnu, qu’il interviewa en 1978, un certain Gérard Depardieu qui restera l’un de ses amis personnels, mais d’autres également rejoindront les rangs de ses amis Delon, Adjani, Depardieu, Belmondo, Henri Verneuil, Gérard Oury, Jean Carmet, Luc Besson, Jacques Deray, Maurice Pialat… Il disparaît le 23 juillet 1997 emporté par la maladie à son domicile genevois. Alain Delon lui rendra hommage en l’évoquant comme cela: « Les hommages rendus au cinéma sous cette forme exclusive sont rares et il faut les préserver dans l’intérêt compris des professionnels,, surtout s’ils sont livrés par des gens compétents tels que Christian Defaye. » Son départ fut également évoquer en ces mots: « Le cinéma a besoin de passeurs, d’individus assez rassurants pour convaincre le public de s’aventurer vers des films plus escarpés. Pendant 23 ans il a présenté en exclusivité des films à Spécial Cinéma. Sa silhouette carrée appartenait aux films du lundi » écrivait Pierre Grosjean dans le Nouveau Quotidien. Bertrand Tavernier dira de Christian Defaye: « C’est l’homme qui en Europe a laissé les plus belles archives audiovisuelles. » Sa veuve Claudette poursuivra inlassablement son oeuvre jusqu’à sa retraite et même au delà.

Carrière

Résumé en chiffre

  • Journaliste – Producteur de Spécial Cinéma – 950 émissions – 1’500 interviews
  • Journaliste – Presse écrite – plus de 2’500 articles rédigés pour divers journaux de la presse quotidienne et spécialisée
  • Journaliste – Producteur de ‘émission bi-mensuelle “Tout va bien” – plus de 55 émissions hebdomadaire avec plus de 130 invités

Radio

Il sera remarqué en même temps que Philippe Labro et Pierre Bouteiller lors d’un concours lancé par Europe 1, En 1956, à 22 ans, Maurice Siegel le recrute pour tenir la rubrique météo d’Europe 1, ce qu’il fera jusqu’en 1959.

Journaliste de presse écrite

En 1959, il rejointe la presse écrite en devenant reporter au Progrès de Lyon.Pendant son stage à Lyon, il participe notamment à l’enquête sur l’affaire Deveaux – contre-enquête sur un assassinat- menée avec l’écrivain Bernard Clavel, Frederic Pottecher- Daniel Sarne- devenu par la suite un livre édité chez Denoël dans une collection dirigée par Jacques Lanzman. En 1963, il y fonda le mouvement des journalistes internationaux.

En 1963, il entre à la Tribune de Lausanne où il monte un service de reportage. Pendant cette période il aborde notamment une autre vaste enquête intitulée « Les nazis parmi nous « réalisée en 1967 avec la collaboration de Max Syfrig qui, après sa parution, a été éditée en brochure par cette même Tribune de Lausanne devenue le quotidien « le Matin »

Par ailleurs, il continua sa carrière de journaliste de presse écrite en commettant régulièrement des articles, en particulier pour le journal La Suisse. Il s’engagea également auprès d’autres journaux sur des sujets, qui le passionnent, comme par exemple la gastronomie. Il fut un contributeur régulier de Plaisir Gastronomie Magazine, une publication romande. Il fut également reporter

Journaliste de télévision

En 1968, il entre à la télévision ou il commence sa carrière au sein de la rubrique d’actualité Carrefour1, confiné à la cabine de commentaire des sujets d’actualités régionales présentés par les vedettes de l’époque. Il partage bureau d’Eric Lehmann un nouveau venu comme lui, qui deviendra plus tard Président de la SSR. Quelques mois plus tard arrive enfin la couleur qui va révolutionner la télévision et la manière d’y travailler. Carrefour sera la première émission diffusée en couleur. Christian Defaye et Eric Lehmann sont choisis pour la présenter. Le top départ est donné pour une série de reportages émissions réalisés avec diverses équipes de la TSR Avec son ami Jean Claude Chanel ils conçoivent l’émission réalisée au pénitencier de Bochuz avec Johnny Hallyday auquel s’est joint Raymond Devos particulièrement brillant ce soir là.

Animateur – Producteur de télévision

En avril 1972, il lance avec son confrère Eric Lehmann Bon dimanche Mr X,une émission allant à la rencontre du public afin de découvrir des personnalités romandes et leurs histoires.

En 1974, ce passionné de théâtre va pourtant faire mouche avec le cinéma. Avec Christian Zender, Christiane Cusin, ils lancent une émission pirate, Spécial Cinéma , sans budget, qui se faufile entre les retransmissions sportives du mercredi. Sans aucun moyen, cette émission dont le ton nouveau, l’ouverture, la diversité (d’Antonioni à Zidi) va occuper bientôt l’espace du lundi dès 1974 et s’imposer rapidement parmi les programmes les plus populaires de la Télévision Suisse Romande. L’émission trouve rapidement ses marques et ses étoiles.

Avec plus de 950 émissions présentées et 1500 invités reçus, Christian Defaye sera l’un des journaliste/producteur ayant l’une des carrières les plus riches du paysage audio-visuel suisse.

Claudette le rejoindra dès 1975 pour tout ce qui concerne l’actualité et la bibliographie du cinéma au sein de la rubrique Cinerama. Christian et Claudette formeront un couple à la ville comme à la télévision, jusqu’au décès de Christian Defaye, en 1997. Claudette poursuivra pendant pres de 10 ans la présentation de la rubrique d’actualité cinématographique de la Télévision Suisse Romande dans l’émission, qui fut rebaptisée Vive le Cinéma, et ce jusqu’en mars 2004.

Directeur de chaîne de télévision

Un premier mandat est demandé à Christian Defaye en 1990 pour l’amélioration qualitative des productions de Télécinéromandie, une chaîne télévisée à péage spécialisée dans la diffusion de contenu lié au cinéma.

En 1991, les investisseurs lui demande de reprendre la direction générale de Télécinéromandie avec comme but de lui insuffler une nouvelle vie. Cependant, la santé financière chancelante de la chaîne déjà ne lui offre pas l’opportunité de la faire revivre. En juin 1991, il doit se résoudre de tirer définitivement la prise. En parallèle, il poursuivra sa carrière de producteur et présentateur pour la RTS.

Animateur de télévision

De 1991 à 1997, il poursuivra la présentation du film du lundi soir Spécial Cinéma jusqu’à ce que la maladie l’en écarte définitivement de l’antenne le 19 mai 1997. En parallèle, cet assoiffé de travail lancera ​ en septembre 1993 une nouvelle émission d’​interview et débats Intitulée Tout va bien où il recevra de nombreux invités durant les 4 années de diffusion, dont notamment la conseillère Fédérale Elisabeth Kopp, Nicolas Hayek, Roger Pfund, Sidney Pollack Henri Dès, ou encore ​Frédy Girardet Hugues Gall Boris Aquadro Philippe Labro Vanessa Paradis Francois Chalais Kenneth Branagh Emmanuell Béart et à nouveau Jean Luc Godard …..,

Pendant 24 ans il aura assuré ​la présentation de l’​émission ​ Spécial Cinéma et la production ​de plus de 950 émissions hebdomadaires. Il sera emporté par la maladie le 23 juillet 1997.

« Le cinéma a besoin de passeurs, d’individus assez rassurants pour convaincre le public de s’aventurer vers des films plus escarpés. “ «Pierre Grosjean»

Juré de festivals

  • Sa passion et sa connaissance du cinéma l’on conduit à faire partie du jury au Festival de Cannes 1981, l’année ou Alain Tanner récolta le Grand Prix pour son film
  • Il fut également juré du festival de Locarno

Organisateur

Festival du cinéma de Genève Les espoirs du cinéma européen

En 1988, il créera avec Roland Ray, son président et fondateur, ainsi que son équipe, le Festival du cinéma de Genève Les espoirs du cinéma européen. Il animera d’une verve toute festivalière les divers Galas de cette manifestation pendant plusieurs années. Il y eut 10 éditions.

Évènements caritatifs – chaîne du bonheur

  • Gstaad Khao-I-Dang (voir les articles)
  • La Soirée “Coeur à Coeur”, en faveur des dons d’organe (en collaboration avec la RTS), et co-animé avec Claudette

Publications

Essais

Entretiens et Enquêtes

  • L’AFFAIRE DEVEAUX; BOYER (père),SARNE Daniel,CLAVEL Bernard,DEFAYE Christian, POTTECHER Frédéric, VINCENT René – Edité par Editions et Publications Premières, 1969 – Collection “Edition Spéciale” (1969)
  • LES NAZIS PARMI NOUS – ENQUETE SUR LES MOUVEMENTS D’EXTREME-DROITE DANS LE MONDE – ENVOI DES 2 AUTEURS. SYFRIG MAX – DEFAYE CHRISTIAN – Edité par TRIBUNE DE LAUSANNE
  • L’EXTREME-DROITE EN SUISSE – ENVOI DE MAX SIFRIG-SYFRIG MAX – DEFAYE CHRISTIAN – Edité par TRIBUNE DE LAUSANNE

Album illustré

  • Französische Schlösser Geschichte und Legenden, DEFAYE Christian, Edité par Avanti Verlag, (1975)
  • SI LES CHÂTEAUX ÉTAIENT CONTÉS, DEFAYE Christian, Edité par Ed. Avanti (1975)

Récompenses et distinctions

  • 1981 Chevalier des Arts et Lettres par le ministre Jack Lang.
  • 1984 Journal alémanique décernant prix (voir référence et intitulé)